Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.

Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Connexion

Entrez vos informations pour vous connecter.

Mot de passe oublié

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut être abonné.

Nous offrons une édition (LCP-LAG) à tous les jours de septembre à juin et deux éditions par jour (LCP InfoMidi) quand l'activité parlementaire le mérite pour tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, la série L'État expliqué (comment le Québec se gouverne) et Regard législatif, les lundis matins en temps de session. Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine), Alerte Décrets et Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit, Le Point sur... et encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter

Alertes décrets

Le mercredi 13 février 2019 Partie 2 -- Lois et règlements (Il y a 11 items dans...Le mercredi 6 février 2019 Partie 2 – Lois et règlements (Il y 44 items dans...Le mercredi 30 janvier 2019 Partie 2 – Lois et règlements (Il y a seulement...Le mercredi 23 janvier 2019 Partie 2 – Lois et règlements (Il y a seulement...Le mercredi 16 janvier 2019 Partie 2 – Lois et règlements (Il y a 33 items dans...Le mercredi 9 janvier 2019 Partie 2 – Lois et règlements (Il y a 70 items dans...Le mercredi 2 janvier 2019 Numéros du 26 décembre et du 2 janvier   Partie...Le mercredi 19 décembre 2018 Partie 2 - Lois et règlements  (Il y a 29 items dans...

LCP / LAG Le vendredi 15 février 2019

Transfert du Registre

Les lobbyistes satisfaits

(LAG) L'Association qui regroupe les lobbyistes se réjouit du transfert du Registre de leur profession lequel est présentement géré par le ministère de la Justice. Le projet de loi 6, présenté par la ministre de la Justice, Sonia LeBel, concrétise le transfert du Registre qui sera dorénavant sous l'autorité du Commissaire au lobbyisme.

 

L'Association québécoise des lobbyistes (AQL) note que le fait de confier l'administration du Registre au Commissaire constitue un pas important vers un allègement règlementaire largement souhaité et évitera des lourdeurs administratives. Les lobbyistes souhaitent que ce transfert de responsabiltié permette d'interagir sur une plateforme plus performante et efficace.

-30-

Organisation des travaux

La chicane entre les leaders déteint sur les consultations

(LCP) Tout observateur neutre constate que depuis la reprise des travaux des commissions parlementaires, les listes des groupes invités aux consultations fondent comme neige au soleil.

 

Les intervenants aussitôt convoqués sont nombreux à se désister et à refuser de défendre leur mémoire devant les élus. Les dirigeants justifient leur absence en disant ne pas avoir eu suffisamment de temps pour se préparer à témoigner. Ils se plaignent après d'avoir été invités à la dernière minute.

 

Ensuite, signe que les leaders parlementaires ne parviennent pas à s'entendre, on voit le leader du gouvernement menacer de convoquer des consultations en procédant par l'inscription d'une motion au feuilleton de l'Assemblée nationale stipulant les dates, les temps de paroles et une liste de groupes de pression à inviter.

 

En fait, la chicane entre les leaders est telle qu'elle s'est déversée au Salon bleu hier après la période de questions en présence du président François Paradis. Pendant le débat, chacun a accusé l'autre de faire preuve de mauvaise foi.

 

Trop pressé

Selon l'opposition officielle, le gouvernement est trop pressé de faire adopter son menu législatif. « Je ne pourrai pas répondre aux demandes du gouvernement, satisfaire les membres de ce Parlement, travailler avec les oppositions, nous mettre à la disposition des groupes dans la société si, dès qu'un projet de loi est déposé, moins de 24 heures après, il faut avoir fourni nos listes et avoir complété la négociation. Ça ne peut pas fonctionner », proteste le leader de l'opposition officielle, Sébastien Proulx du Parti libéral, au milieu d'un long plaidoyer.

 

Étirer le temps

Pour le gouvernement, l'opposition veut ralentir le rythme. « On leur demande de nous envoyer les groupes, parce qu'on veut les convoquer. Mais ce qu'on semble percevoir, du côté du Parti libéral, c'est qu'on étire le temps pour ne pas qu'on puisse siéger pour ne pas qu'on puisse entendre les groupes, pour ne pas qu'on puisse entendre la population, pour ne pas qu'on puisse changer les lois du Québec puis les améliorer. Alors, on se retrouve dans une situation qui est un peu contradictoire », déplore le leader du gouvernement, Simon Jolin-Barrette.

 

Trop court

De son côté, l'homologue du Parti québécois, Martin Ouellet, a jugé bon d'être solidaire de son collègue de l'opposition officielle. La deuxième opposition voudrait réserver des plages horaires de 60 minutes pour les groupes au lieu de plages de 45 minutes. « Évidemment, je partage les prérogatives du leader de l'opposition officielle parce que, dans certains cas, on a fait partie des discussions et, dans d'autres cas, bien, on n'a pas fait partie des discussions et on s'est fait imposer, finalement, le choix du gouvernement pour aller dans certaines consultations », se plaint-il.

 

Essayons de bien travailler

Quant au leader de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, il renvoie ses collègues dos à dos. « Je fais un appel à la collaboration de la part de tout le monde. Au lieu de trouver qui a tort, essayons de bien travailler. Ça veut dire: de la part du gouvernement, donner un peu plus de temps et ça veut dire aussi, oui, du côté de l'opposition officielle peut-être chercher à faire fonctionner les négociations plutôt que trouver des manières de ne pas s'entendre. Parce que, nous, on ne fera pas longtemps les frais du manque de collaboration et d'atomes crochus entre l'opposition officielle et le gouvernement », s'est-il impatienté.

 

Réflexion à venir

Enfin, après avoir patiemment écouté toutes les doléances, le président, François Paradis, a préféré ne pas trancher. C'est avant tout aux partis à s'entendre. « Je vous convoquerai bientôt pour qu'on puisse aussi faire en sorte de réfléchir à la bonne marche de nos travaux, ce sujet précis pouvant être aussi ajouté à l'ordre du jour et aux discussions. Je pense que des choses ont été dites dans la voie des réflexions, une rencontre à venir sur ce dossier-là pour faire en sorte que les travaux fonctionnent mieux et pour nous, parlementaires, et pour ceux et celles qui souhaitent aussi participer à des débats qui sont fructueux », a-t-il conclu.

-30-