Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.

Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Connexion

Entrez vos informations pour vous connecter.

Mot de passe oublié

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut détenir une licence/abonnement.

Nous publions depuis 28 ans (dont 21 ans comme quotidien web).

Nous offrons une édition (LCP-LAG) tous les matins de la semaine de septembre à juin

Nous ajoutons LCP InfoMidi quand l'activité parlementaire le mérite (quand le Salon bleu est en action)

Notre objectif depuis presque trois décennies est de tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, Regard législatif en temps de session.

Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine),

Nos abonnés reçoivent Alerte Décrets et peuvent consulter nos rubriques Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit,

Message DU gouvernement, Message AU gouvernement et plus encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter (editeur@courrierparlementaire.com)

Alertes décrets

Le mercredi 20 novembre 2019 Partie 2 – Lois et règlements (Il y a items dans...Le mercredi 13 novembre 2019 Partie 2 - Lois et règlements (Il y a 31 items dans...Le mercredi 6 novembre 2019 Partie 2 – Lois et règlements (Il y a 16 items dans...Le mercredi 30 octobre 2019 Partie 2 -Lois et règlements (Il y a 33 items dans...Le mercredi 30 octobre 2019 ERREUR TECHNIQUE DANS L’ÉDITION ALERTE DÉCRETS...Le mercredi 23 octobre 2019 Partie 2 – Lois et règlements (Il y a 22 items dans...Le mercredi 16 octobre 2019 Partie 2 – Lois et règlements (Il y a 26 items dans...Le mercredi 9 octobre 2019 Partie 2 Lois et règlements (Il y a 27 items dans...

LCP / LAG Le vendredi 22 novembre 2019

Soins palliatifs à domicile

La ministre de la Santé promet d’agir

(LCP) La ministre de la Santé et des Services sociaux promet d’améliorer les soins palliatifs offerts à domicile. « Il y a 20 équipes qui sont prêtes, là. On va mettre sur pied ces 20 équipes pour donner ce type de soins à la population qui le réclame », promet Danielle McCann.

 

« Et d'ailleurs on a une rencontre, la semaine prochaine, là-dessus, avec la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec pour vraiment mettre sur pied toute cette organisation de services », poursuit-elle.

 

« L'objectif que j'ai avec le ministère, avec mon équipe, c'est vraiment de mettre sur pied ces équipes le plus possible à travers le Québec, parce que les gens veulent mourir à domicile et non pas à l'urgence. »

 

Le porte-parole libéral en matière de santé, André Fortin, est sceptique. « La ministre nous dit qu'elle va avoir une rencontre la semaine prochaine. Ça fait un an qu'elle est là et il n'y a rien qui bouge. Les omnipraticiens nous disent qu'ils relancent le ministère de façon incessante, mais la seule réponse qu'ils ont, c'est que le dossier, il dort sur le bureau de la ministre », reproche-t-il.

 

« Il y a une vingtaine d'équipes qui, depuis deux ans, sont prêtes à être déployées, mais la ministre de la Santé refuse de signer une entente qui permettrait à tout ce monde-là d'offrir du service chez eux à des centaines de Québécois à l'aube de la mort », soulève le député.

 

Selon lui, « en 2019, on ne réussit pas à offrir des soins palliatifs de qualité à domicile. Plutôt, les gens passent leurs derniers jours dans un système hospitalier trop occupé ou dans un CHSLD qui n'a pas toujours des ressources pour bien prendre soin de nous. Mais il n'y a pas de raison que les soins palliatifs ne soient pas donnés à la maison ».

-30-

Remettre les pendules à l’heure

Au sujet du remboursement des lunettes aux enfants

(R.I.) La Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ) tient à apporter certaines précisions à la suite d'un article paru dans le Journal de Québec et le Journal de Montréal. Cet article laisse entendre que le nouveau service en ligne de remboursement des lunettes pour les enfants est facile à frauder. Or, cela est faux.

 

L'article avance que seulement 3 % des demandes sont révisées. Il aurait été plus juste d'écrire que ce sont 100 % des demandes qui font l'objet d'une vérification. De plus, des mesures de contrôles additionnelles permettent de déceler des demandes potentiellement non conformes.

 

C'est à la suite de cette détection que des vérifications manuelles avant remboursement sont effectuées. Ainsi, à l'instar de l'Agence du Revenu ou d'autres secteurs d'activités économiques, si la RAMQ constate des éléments de non-conformité, elle exigera des pièces justificatives.

 

L'article mentionne également qu'il suffit d'avoir le numéro de TVQ et le numéro d'assurance maladie d'un enfant pour obtenir un remboursement, ce qui est également faux. La RAMQ détient déjà plusieurs informations sur les personnes assurées ainsi que sur les professionnels qui offrent des services couverts, ce qui lui permet d'appliquer des contrôles internes sans demander d'informations supplémentaires aux citoyens.

 

Sans divulguer toutes les informations sur ses processus, et ce, pour éviter d'alimenter les personnes malveillantes, notons que la RAMQ applique une combinaison de contrôles, tant au moment du dépôt de la demande qu'a posteriori, ce qui lui permet d'avoir l'assurance raisonnable qu'une demande de remboursement est valide.

 

Rappelons que ce service en ligne a été conçu de manière à faciliter la vie du citoyen et s'inscrit dans les grands axes de la Stratégie gouvernementale numérique, c'est-à-dire de simplifier la vie du citoyen en utilisant l'information déjà disponible. Elle s'appuie sur des pratiques déjà reconnues au sein de certaines organisations publiques et de l'industrie de l'assurance, soit de demander le strict nécessaire en appliquant une saine gestion du risque.

-/-/-/-/-/-/-