Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.


Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut détenir une licence/abonnement.

Nous publions depuis 28 ans (dont 21 ans comme quotidien web).

Nous offrons une édition (LCP-LAG) tous les matins de la semaine de septembre à juin

Nous ajoutons LCP InfoMidi quand l'activité parlementaire le mérite (quand le Salon bleu est en action)

Notre objectif depuis presque trois décennies est de tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, Regard législatif en temps de session.

Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine),

Nos abonnés reçoivent Alerte Décrets et peuvent consulter nos rubriques Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit,

Message DU gouvernement, Message AU gouvernement et plus encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter (editeur@courrierparlementaire.com)

Retour

Article du

Aide aux entreprises

À venir des prêts à long… long terme

Paru le | Catégorie: Développement écononomique

(LCP) En réponse à la crise sans précédent que les entreprises doivent traverser, le gouvernement interviendra dans l’économie, mais pas n’importe comment. Oui à une aide, mais il n’est pas question que le gouvernement se mette à gérer des entreprises à la place de ses gestionnaires.

 

Toutefois, le ministre de l’Économie et de l’Innovation sait qu’il devra ouvrir ses goussets et ensuite s’armer de patience quand le temps viendra de se faire rembourser.

 

La question adressée à Pierre Fitzgibbon est venue de l’ex-ministre des Finances, Carlos Leitao, à la faveur d’une séance virtuelle de la Commission de l’économie et du travail.

 

« Est-ce que l'État du Québec, maintenant, entrevoit, disons, de façon éclairée la possibilité d'intervenir directement et de devenir actionnaire, devenir partenaire de certaines entreprises, donc d'investir en capital, de devenir un actionnaire d'une entreprise ou est-ce que vous préférez toujours agir indirectement par toutes sortes de prêts, remboursables ou pas ? Mais est-ce que ça fait partie de la stratégie, l'intervention directe? »

 

« La réponse est oui », tranche Pierre Fitzgibbon. « J'ai toujours dit qu'il fallait mettre de la liquidité dans les entreprises. Puis honnêtement, d'être capable aujourd'hui d'identifier les entreprises, les secteurs qui méritent d'avoir du capital, des prêts par dons, peu importe, c'est complexe », explique-t-il.

 

« Au lieu de commencer à faire des programmes ad hoc, on a préféré, au niveau du gouvernement, de mettre de la liquidité. La résultante de ça va être quoi? Il y a des entreprises qui vont avoir trop de dettes. Alors, forcément, cette dette-là va devoir être convertie peut-être en équité, et dans des cas, on le fait directement en équité », poursuit-il.

 

Le gouvernement n’a d’autre choix que d’intervenir dans l’économie. « Mais pas gérer les entreprises », reprend-il. « Puis, on ne veut pas être à la hauteur de capital de 20 %, 30 %, 40 %, puis être partenaires avec le propriétaire. Il faut avoir des structures où on laisse l'opérateur opérer, mais on a un retour d'équité qui va être fait », dit Pierre Fitzgibbon

 

Dans d’autres cas, Québec attribuera des subventions ou des « prêts non remboursables ». Le ministre mise sur la flexibilité. « On ne veut pas être propriétaires de 22 000 restaurants, on s'entend. Donc, on va vouloir travailler avec des organismes comme le FLI (Fonds local d’investissement), qui, eux, vont faire des prêts à ces restaurants-là, et on va voir, dans le temps, comment est-ce qu'on va se faire rembourser. Je n'ai pas de problème à me faire rembourser pendant 10 ans. Dans bien des cas, il va falloir faire des subventions, entre guillemets, des prêts non remboursables, en tout cas, de l'équité », précise-t-il.

 

« Plus les compagnies sont importantes, plus évidemment de convertir un prêt en équité fait du sens parce que, sur une base temporaire, on va pouvoir sortir notre capital plus tard et remettre au suivant les argents », estime le ministre Fitzgibbon.

-30-

Autres articles du mercredi 20 mai 2020

mercredi 20 mai 2020

mercredi 20 mai 2020

mercredi 20 mai 2020

mercredi 20 mai 2020

mercredi 20 mai 2020

mercredi 20 mai 2020

mercredi 20 mai 2020

mercredi 20 mai 2020

mercredi 20 mai 2020

mercredi 20 mai 2020