Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.


Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut détenir une licence/abonnement.

Nous publions depuis 28 ans (dont 21 ans comme quotidien web).

Nous offrons une édition (LCP-LAG) tous les matins de la semaine de septembre à juin

Nous ajoutons LCP InfoMidi quand l'activité parlementaire le mérite (quand le Salon bleu est en action)

Notre objectif depuis presque trois décennies est de tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, Regard législatif en temps de session.

Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine),

Nos abonnés reçoivent Alerte Décrets et peuvent consulter nos rubriques Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit,

Message DU gouvernement, Message AU gouvernement et plus encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter (editeur@courrierparlementaire.com)

Retour

Article du

Message au gouvernement

Commission parlementaire réclamée sur les logiciels de reconnaissance faciale

Paru le | Catégorie: Sécurité publique

(R.I.) La porte-parole de l'opposition officielle en matière de stratégie numérique, Madame Marwah Rizqy, la porte-parole de l'opposition officielle en matière de sécurité publique, Madame Marie-Claude Nichols, ainsi que la porte-parole de l'opposition officielle pour les ordres professionnels et en matière de francophonie canadienne, Madame Kathleen Weil, ont transmis une demande pour un mandat d'initiative par la Commission des institutions concernant l'utilisation et l'encadrement des solutions de reconnaissance faciale.

 

Suite à l'appel d'offres récent de la Sûreté du Québec visant à acquérir un logiciel de reconnaissance faciale qui serait en mesure d'intégrer massivement des photos d'ici le 30 novembre 2020, l'opposition officielle se dit inquiète des risques de discrimination raciale et sociale qu'entrainent ces logiciels. L'arrivée de ces technologies chez plusieurs entreprises privées afin de détecter les comportements de leurs clients est également très préoccupante.

 

Les autorités de partout dans le monde décrètent actuellement des moratoires sur la question. Le Québec ne peut rester passif devant ces bouleversements et doit aussi agir. Le cadre actuel est nettement insuffisant et les pouvoirs de la Commission d'accès à l'information sont limités. C'est pourquoi le gouvernement doit emboîter le pas et imposer un moratoire le temps de bien évaluer les impacts de ces technologies et les questions d'éthique qui en découlent.

 

L'opposition officielle interpelle donc les membres de la Commission des Institutions pour qu'ils puissent saisir prioritairement ce mandat d'initiative ainsi qu'entreprendre un exercice de réflexion et de consultations d'experts concernant l'utilisation des logiciels de reconnaissance faciale.

 

« Dans une société libre et démocratique comme le Québec, la vie privée et la protection des renseignements personnels des honnêtes citoyens sont sacrées. Il est urgent de décréter un moratoire afin d'éviter de devenir une société Big Brother. »

Marwah Rizqy, porte-parole de l'opposition officielle en matière de stratégie numérique

 

« C'est inquiétant qu'un corps de police tel la Sûreté du Québec s'intéresse de près à une technologie extrêmement controversée de reconnaissance faciale alors que notre droit criminel prévoit ne jamais contraindre un citoyen à s'identifier, sauf si les policiers ont des motifs raisonnables de le faire et ce, sachant que cette technologie pourrait porter préjudice à certaines personnes. De nombreux rapports soulignent qu'elle demeure imprécise pour reconnaître entre autres les membres de minorités ethnoculturelles. »

Marie-Claude Nichols, porte-parole de l'opposition officielle en matière de sécurité publique

-/-/-/-/-/-

Autres articles du mercredi 04 mars 2020

mercredi 04 mars 2020

mercredi 04 mars 2020

mercredi 04 mars 2020

mercredi 04 mars 2020

mercredi 04 mars 2020

mercredi 04 mars 2020

mercredi 04 mars 2020

mercredi 04 mars 2020