(LAG) L’Ordre des ingénieurs souhaite faire valoir auprès du Conseil du trésor « l’importance de diversifier les approches en matière d’octroi des contrats publics », d’après un nouveau mandat inscrit au registre des lobbyistes.

 

Il propose d’accorder une plus grande place aux critères de qualité et d’innovation dans l’évaluation des soumissions, de décloisonner les étapes et de favoriser une relation plus fluide entre les intervenants.

 

« Si elles sont bien appliquées, de nouvelles approches ouvrent la porte à la réalisation d’ouvrages de qualité ainsi qu’à l’innovation. Elles peuvent également contribuer à minimiser les risques de collusion », peut-on lire.

 

« Ces modifications pourraient être intégrées par exemple dans le cadre d’une refonte de la Loi sur les contrats des organismes publics et de la Loi sur l’Autorité des marchés publics. »

 

Relance économique

Le Regroupement des jeunes chambres de commerce a entamé des démarches auprès du gouvernement afin d’être impliqué dans la relance économique post-COVID.

 

Il « a des propositions concrètes à faire » dans le but « de favoriser l'entrepreneuriat, le repreneuriat, une relance économique rapide et le développement de compétences chez les jeunes professionnels et entrepreneurs ».

 

Le Regroupement propose notamment « de défiscaliser la première année d'activité pour toute nouvelle entreprise ».

 

Code de conduite

Lactalis Canada, une entreprise de transformation laitière, souhaite l’adoption d’un code de conduite québécois et canadien des épiceries.

 

« Ce code de conduite définirait notamment la façon dont les détaillants désignés sont censés gérer équitablement leurs relations avec les fournisseurs et comprendrait également certains principes directeurs à cet égard », explique-t-elle.

 

« L’objectif est d’assurer la durabilité de la chaîne d’approvisionnement des épiceries canadiennes et du secteur des biens de consommation en favorisant la confiance dans les transactions commerciales entre les détaillants et les fabricants. »

-30-