Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.


Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut détenir une licence/abonnement.

Nous publions depuis 28 ans (dont 21 ans comme quotidien web).

Nous offrons une édition (LCP-LAG) tous les matins de la semaine de septembre à juin

Nous ajoutons LCP InfoMidi quand l'activité parlementaire le mérite (quand le Salon bleu est en action)

Notre objectif depuis presque trois décennies est de tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, Regard législatif en temps de session.

Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine),

Nos abonnés reçoivent Alerte Décrets et peuvent consulter nos rubriques Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit,

Message DU gouvernement, Message AU gouvernement et plus encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter (editeur@courrierparlementaire.com)

Retour

Article du

Message AU gouvernement

Déconfinement des CPE : injustice pour le personnel déjà en place

Paru le | Catégorie: Éducation, Loisir & Sport LAG

(R.I.) En raison d'une pénurie de personnel, des renforts dans les CPE seront nécessaires dans plusieurs établissements, mais il faut éviter de créer une injustice entre ces personnes et les travailleuses qui ont maintenu les services de garde d'urgence depuis le début de la crise. Dans certains cas, des étudiantes gagneront plus que du personnel déjà en place.

 

« Nous réclamons une prime en lien avec la crise actuelle depuis la fin mars. Non seulement nous n'avons encore aucune nouvelle, mais les nouvelles directives vont créer une injustice envers celles qui prennent soin des enfants des anges gardiens depuis le début de la pandémie. Le ministre Lacombe a affirmé à plus d'une reprise combien il a à cœur son réseau. Il doit intervenir avec plus de fougue et de détermination auprès du Conseil du trésor pour qu'enfin, cette demande aboutisse dans les poches des travailleuses. Rendre les emplois en CPE plus attractifs était et demeure une nécessité, mais ça ne doit pas se faire au prix d'injustices », soutient Lucie Longchamps, vice-présidente de la FSSS-CSN, qui représente plus de 10 000 travailleuses en CPE partout au Québec.

 

« Pour attirer plus de candidates, on bonifie le salaire des étudiantes, mais on ne fait rien pour aider à retenir celles qui sont déjà dans le réseau », ajoute Lucie Longchamps.

 

L'arrêté ministériel du 9 mai ouvre la porte à de nouvelles travailleuses qui seront considérées comme qualifiées même si elles n'ont pas terminé leurs études dans un secteur lié à l'éducation. Par cette mesure exceptionnelle, elles gagneront cependant plus qu'une partie du personnel non diplômé en place depuis longtemps, ou autant que des éducatrices qui ont terminé leur formation collégiale. L'échelle salariale des éducatrices qui ne sont pas diplômées commence en effet à 16,75 $ l'heure.

 

Par ailleurs, le ratio d'éducatrices qualifiées passe de deux sur trois à un sur trois, de façon temporaire. La porte est donc ouverte pour engager plus d'éducatrices non qualifiées. Avec l'arrêté, celles-ci pourront désormais provenir des camps de jour.

 

Précédent dangereux

« Il est très important qu'on ne perde pas de vue le rôle éducatif du réseau des CPE, qui est une fierté pour le Québec. La baisse du ratio d'éducatrices formées et la baisse des exigences de formation doivent absolument être temporaires et ne pas se prolonger lorsque l'urgence sanitaire sera terminée », insiste Louise Labrie, représentante des CPE à la FSSS-CSN. Cette dernière déplore par ailleurs que bon nombre d'éducatrices d'expérience qui ne peuvent prendre le risque de travailler en ce moment en raison d'une santé vulnérable soient dirigées par les employeurs et le ministère de la Famille vers la Prestation canadienne d'urgence (PCU), qui pourrait être un cul-de-sac pour plusieurs d'entre elles.

 

À propos

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) compte plus de 110 000 membres dans les secteurs publics et privés. Elle est la plus grande organisation syndicale dans le secteur de la santé et des services sociaux et dans les services de garde. Elle représente plus de 10 000 travailleuses dans les CPE du Québec et est donc l'organisation la plus représentative dans ce secteur.

-/-/-/-/-/-

Autres articles du jeudi 14 mai 2020

jeudi 14 mai 2020

jeudi 14 mai 2020

jeudi 14 mai 2020

jeudi 14 mai 2020

jeudi 14 mai 2020

jeudi 14 mai 2020

jeudi 14 mai 2020

jeudi 14 mai 2020

jeudi 14 mai 2020

jeudi 14 mai 2020