(LCP) Même à huit mois d'une élection générale, les partis d’opposition s’unissent pour réclamer dans le prochain budget un financement de 460 millions $ récurrents à la mission globale des organismes communautaires autonomes du Québec.

 

« Ça fait des décennies que les groupes communautaires nous disent qu'ils ont besoin d'un appui réel de la part du gouvernement du Québec, qu'ils ont besoin que ce financement-là soit indexé annuellement et que ce financement-là serve à ce pour quoi ils existent, c'est-à-dire le financement à la mission », insiste la députée Manon Massé de Québec solidaire.

 

« Il y a des organismes communautaires qui prennent soin de notre monde », fait valoir le député libéral Frantz Benjamin. « Je demande aux 75 élus de la CAQ de vous engager autour de cette mobilisation communautaire pour qu'enfin, on passe de la parole aux actes. »

 

Pour le chef parlementaire du Parti québécois, Joël Arseneau, « ça doit venir avec des fonds immédiats et une indexation à venir et de cesser de faire miroiter quelques dizaines de millions de dollars avec, à la clé, des projets bien ciblés, avec des redditions de comptes qui n'en finissent plus ».

 

En discussion

« Le financement à la mission, on en a constamment parlé. J'ai énormément de respect pour cet objectif-là. On est en discussion », affirme le ministre de la Solidarité sociale, Jean Boulet.

 

« L'année dernière, on a consenti 175 millions de dollars en augmentation sur cinq ans et un fonds d'urgence de 176 millions $ », tient-il à rappeler.

 

De plus, « on travaille pour l'élaboration d'un plan d'action gouvernemental », dit Jean Boulet.

 

« On a consulté. On a reçu 87 mémoires. On a formé un comité de députés. On est vraiment à l'écoute. Puis on va s'assurer du mieux qu'on peut, en tenant compte de plusieurs critères, de continuer le dialogue, qui est bien établi, qui est bien consolidé, avec le réseau communautaire québécois. »

-30-