(LCP) Le projet de loi 59 modernisant le régime de santé et de sécurité du travail est l’une des quatre pièces législatives qui étaient au menu de l’étude détaillée la semaine dernière. Cette vaste réforme a franchi le cap des dix jours passés à cette étape. L’étude de l’article 8 a été suspendue.

 

Une trentaine d’amendements ont été adoptés jusqu’à présent. Le plus célèbre accorde une forme de reconnaissance conditionnelle au « Parkinson » comme maladie du travail.

 

Il faut toutefois « avoir exercé un travail impliquant une exposition d’une durée minimale de 10 ans aux pesticides qui sont des produits phytosanitaires ou phytopharmaceutiques à usages agricoles ou destinés à l’entretien des végétaux ou qui sont des biocides ou antiparasitaires vétérinaires ».

 

De plus, il faut que ce soit un travail qui « implique une exposition aux pesticides lorsqu’il y a manipulation ou emploi de pesticides par contact ou inhalation; il y a contact avec des cultures, surfaces ou animaux traités ou avec des machines utilisées pour l’application des pesticides ».

 

Enfin, « le diagnostic ne doit pas avoir été posé plus de 7 ans après la fin de l’exposition aux pesticides ».

-30-