(LCP) L’Assemblée nationale a adopté à l’unanimité le principe du projet de loi 14 visant à assurer la protection des stagiaires en milieu de travail.

 

« Je veux préciser que le projet de loi dont il est question aujourd'hui vise tous les stagiaires, et ce, peu importe leur statut et le type de stage réalisé. Que ce soit un stage d'observation, d'acquisition ou de mise en oeuvre des compétences, les stagiaires pourront bénéficier d'une protection supplémentaire », indique le ministre du Travail, l’auteur du texte législatif.

 

S’il était adopté, « le projet de loi accorderait aux stagiaires le droit de s'absenter de son stage, notamment lors des jours fériés, pour des journées de maladie, en raison d'obligations familiales ou parentales, ou pour prendre soin d'un proche, lors d'un décès ou pour assister aux funérailles d'un membre de la famille, à l'occasion d'un mariage ou d'une union civile, pour la naissance de son enfant, l'adoption d'un enfant ou l'interruption de grossesse, ou pour un examen médical relié à sa grossesse », énumère Jean Boulet.

 

« Un établissement d'enseignement pourrait avoir à placer un stagiaire dans un autre milieu si ce dernier porte plainte pour harcèlement psychologique. Dans un autre cas, un milieu de stage pourrait déplacer le stagiaire dans une autre unité afin que cesse la situation de harcèlement. Les stagiaires auraient aussi accès à des recours adaptés à leur situation particulière en déposant une plainte à la CNESST », explique le ministre.

-30-