Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.


Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut détenir une licence/abonnement.

Nous publions depuis 28 ans (dont 21 ans comme quotidien web).

Nous offrons une édition (LCP-LAG) tous les matins de la semaine de septembre à juin

Nous ajoutons LCP InfoMidi quand l'activité parlementaire le mérite (quand le Salon bleu est en action)

Notre objectif depuis presque trois décennies est de tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, Regard législatif en temps de session.

Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine),

Nos abonnés reçoivent Alerte Décrets et peuvent consulter nos rubriques Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit,

Message DU gouvernement, Message AU gouvernement et plus encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter (editeur@courrierparlementaire.com)

Retour

Article du

Pénurie de médicaments et d’équipement

Québec solidaire défend son projet de Pharma-Québec

Paru le | Catégorie: Santé & Services sociaux LAG

(LCP) Le député Gabriel Nadeau-Dubois a défendu l’idée de Pharma-Québec lors d’une interpellation devant la Commission de la santé et des services sociaux. Ce serait une autre façon d’être « maître chez nous », selon le député de Gouin, comme disaient les libéraux de Jean Lesage.

 

Le projet jadis défendu par Amir Khadir a évolué. Il ne touche plus seulement aux médicaments. Il traite maintenant aussi d’équipement médical.

 

Pharma-Québec permettrait de contrer les risques de cartel et permettrait de répondre aux pénuries, selon l’élu. En cas de pandémie, la capacité de produire massivement des vaccins ferait épargner des dizaines de millions $ aux Québécois, d’après lui.

 

« Selon les dernières statistiques qu'on a, le Québec produit seulement 27 % de ce dont il a besoin en matière de produits pharmaceutiques et médicaux. Et donc, mathématiques simples, on importe 73 % de ce dont on a besoin », dit-il.

 

« Pharma-Québec, c'est quoi? Bien, c'est le projet d'une société d'État dont la mission serait d'augmenter l'autosuffisance du Québec sur le plan des médicaments et du matériel médical. Cette mission se déploierait en, je dirais, en un triple mandat : un mandat d'achat, un mandat de production et un mandat de recherche », décrit Gabriel Nadeau-Dubois.

 

Mandat d'achat

Pharma-Québec serait chargé « d'obtenir, de négocier les prix des médicaments prioritaires pour traiter la COVID-19 » et centraliser les approvisionnements et le stockage des médicaments pour éviter les pénuries. « Mais une fois la pandémie terminée, ce pôle d'achat public donnerait au Québec un pouvoir, un rapport de force supplémentaire envers les compagnies pharmaceutiques pour garantir les meilleurs prix possible aux Québécois puis aux Québécoises. »

 

Mandat de production

L’organisme recevrait aussi un « mandat de planifier et d'organiser la production de médicaments et de vaccins, bien sûr, tout d'abord, pour lutter contre la COVID-19, mais à long terme, pour permettre au Québec d'avoir ses propres capacités de production de médicaments et de vaccins, pour être mieux protégé contre la prochaine pandémie. Ce genre de modèle existe d'ailleurs au Brésil et en Suède », explique le député solidaire.

 

Mandat de recherche

À court terme, il s’agirait de « stimuler et coordonner la recherche d'un vaccin ou de traitements contre la COVID-19, mais à long terme, s'assurer que les inventions développées en laboratoire, qui sont financées publiquement par l'État québécois, restent contrôlées et brevetées par l'État québécois. Bien sûr, ça ne serait pas en vase clos. Ce serait en partenariat avec les universités et même avec les entreprises privées ».

 

Le représentant de Québec solidaire rappelle qu’il « y a eu très brièvement une quasi-pénurie de masques. Il a suffi que Donald Trump claque des doigts et on est pratiquement tombé, ici, en pénurie, pratiquement. Imaginons la bousculade, voire la guerre commerciale sur le plan international quand un vaccin sera découvert. Comment va se démarquer le Québec? Comment on va se défendre contre les grandes entreprises, contre les grandes puissances qui vont vouloir mettre les mains en premier sur ces traitements-là? Comment on va se défendre face à des entreprises pharmaceutiques qui, on le sait, vont profiter d'une demande très forte pour vendre leurs produits aux plus offrants? », interroge-t-il.

 

Contrairement à la ministre Danielle McCann, les partis d’opposition ont semblé favorable à l’idée solidaire. Pour le député André Fortin du Parti libéral « les objectifs derrière ce que propose le député sont louables, quand même, une plus grande autonomie, une assurance de la disponibilité que ce soit du médicament, du vaccin, de l'équipement pour les Québécois. C'est difficile d'être contre les objectifs derrière le projet du député ».

 

« Je ne sais pas si la solution qui est amenée aujourd'hui par le député de Québec solidaire est la solution parfaite, mais je trouve que le débat, lui, est tout à fait pertinent, que ce soit effectivement pour ce qui est de développer une plus grande indépendance quant à la disponibilité de médicaments, mais également se tourner vers la question des inventaires, la question de la production, la question de la recherche, également », répond de son côté, le député Joël Arseneau du Parti québécois.

-30-

Autres articles du vendredi 29 mai 2020

vendredi 29 mai 2020

vendredi 29 mai 2020

vendredi 29 mai 2020

vendredi 29 mai 2020

vendredi 29 mai 2020

vendredi 29 mai 2020

vendredi 29 mai 2020