Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.

Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut détenir une licence/abonnement.

Nous offrons une édition (LCP-LAG) à tous les jours de septembre à juin et deux éditions par jour (avec LCP InfoMidi) quand l'activité parlementaire le mérite pour tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, la série L'État expliqué (comment le Québec se gouverne) et Regard législatif, les lundis matins en temps de session. Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine), Alerte Décrets et Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit, Le Point sur... et encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter

Retour

Article du

Famille

On tape moins sur les enfants qu'avant

Paru le | Catégorie: Famille & Aînés

(LAG) En 2018, moins d'enfants âgés de 6 mois à 17 ans recevaient des tapes à mains nues sur les fesses, les mains, les bras ou les jambes au moins une fois dans l'année qu'en 1999. En 2018, ils étaient un sur quatre alors qu'il y a 20 ans, ils étaient un sur deux.

 

Ces résultats, publiés par l'Institut de la statistique sont tirés de l'enquête La violence familiale dans la vie des enfants du Québec, réalisée pour le ministère de la Santé et des Services sociaux. Au total, pour l'édition de 2018, 5 184 répondants dont 3 984 mères et 1 200 pères, qui vivent au moins 40 % du temps avec un enfant âgé de 6 mois à 17 ans, ont répondu à un questionnaire téléphonique.

 

Les gestes qui consistent à frapper avec un objet dur, de donner un coup de poing ou de secouer un enfant de moins de 2 ans sont aussi en diminution, passant de 7 % en 1999 à 3,4 % en 2018.

 

On note que de moins en moins de mères et de pères sont en accord avec l'utilisation de la punition corporelle pour éduquer les enfants. Alors que 29 % des mères affirmaient en 1999 que certains enfants avaient besoin de tapes pour apprendre à bien se conduire, elles sont 7 % à l'affirmer en 2018. Du côté des pères, cette proportion est passée de 34 % en 2004 à 11 % en 2018.

 

Un enfant sur deux se fait crier ou hurler après, traiter de noms ou menacer de recevoir la fessée ou de se faire frapper à trois reprises ou plus durant une année.

 

Environ 11 % des mères au Québec vivent de la violence conjugale pendant la période périnatale, soit de la grossesse jusqu'au deuxième anniversaire de l'enfant. Pour 9 % des mères, cette violence est psychologique et verbale, pour 5 %, elle se manifeste par des gestes de contrôle et pour 3,7 %, elle est de nature physique.

 

Enfin, on note que de 5 % à 16 % des enfants ne voient pas leurs besoins cognitifs ou affectifs, de supervision ou physiques être comblés de manière optimale.

-30-

À lire aussi dans Famille & Aînés