Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.

Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut détenir une licence/abonnement.

Nous offrons une édition (LCP-LAG) à tous les jours de septembre à juin et deux éditions par jour (avec LCP InfoMidi) quand l'activité parlementaire le mérite pour tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, la série L'État expliqué (comment le Québec se gouverne) et Regard législatif, les lundis matins en temps de session. Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine), Alerte Décrets et Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit, Le Point sur... et encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter

Retour

Article du

Message au gouvernement

La FPPC-CSQ dénonce la nouvelle structure salariale

Paru le | Catégorie: Travail / Jobs LAG

(R.I.) « La nouvelle structure salariale dans le secteur public, entrée en vigueur le 2 avril dernier, a des effets néfastes pour plusieurs professionnels des cégeps, qui subissent une dévalorisation de leur emploi. Ceci n'augure rien de bon pour l'attraction de nouveaux talents et la rétention des employés actuels. »

 

La présidente de la Fédération du personnel professionnel des collèges (FPPC-CSQ), Suzanne Tousignant, déplore que depuis le 2 avril, plusieurs professionnelles et professionnels des cégeps se voient imposer un gel salarial pour faire suite à la diminution de la rémunération liée à leur emploi.

 

« La nouvelle structure salariale brime financièrement plusieurs professionnelles et professionnels dont les échelles salariales de leurs emplois ont été dévalorisées. Il faudra absolument rétablir la compétitivité des salaires des professionnels dans les cégeps si l'on veut pouvoir recruter des candidates et candidats, notamment de nouveaux conseillers pédagogiques qui proviennent généralement du milieu de l'enseignement », explique Suzanne Tousignant.

 

Cette dernière ajoute que la négociation qui débute sera l'occasion de s'entendre et de régler ces problèmes criants pour l'avenir des cégeps. « La FPPC-CSQ fera de nombreuses propositions en ce sens, dans les prochains mois, pour l'ensemble des corps d'emploi à la table de négociation », précise-t-elle.

 

Une rétrogradation qui coûte cher

La présidente de la FPPC-CSQ souligne également un autre travers de la nouvelle structure salariale.

 

« Certains professionnels d'expérience du réseau gagnent un salaire inférieur à celui qu'ils gagneraient s'ils étaient nouvellement embauchés. En effet, à la suite de l'intégration aux nouvelles échelles salariales, plusieurs professionnelles et professionnels ont été rétrogradés d'un ou de plusieurs échelons, ce qui a eu pour effet de rompre le lien entre leur expérience et leur formation reconnues et leur place dans la progression des salaires », mentionne Suzanne Tousignant.

 

Une erreur de calcul à corriger

Comme si ce n'était pas suffisant, il faut aussi ajouter aux problèmes engendrés par la nouvelle structure salariale une erreur de calcul faite dans les cégeps, qui utilisent une nouvelle formule unifiée afin de déterminer le salaire annuel du personnel professionnel.

 

« Cette nouvelle façon de faire ne respecte pas la convention collective des professionnels. Des griefs ont déjà été déposés et de nombreux autres sont actuellement en préparation afin de faire corriger la situation. Les professionnels au sommet de leur échelle de traitement perdent en moyenne près de 300 dollars par année avec cette nouvelle façon erronée de calculer les salaires. C'est une situation qui ajoute une autre dévalorisation salariale à la triste situation actuelle », dénonce la leader syndicale.

 

Le gouvernement doit intervenir

La présidente de la FPPC-CSQ, qui complète actuellement une tournée nationale des 35 syndicats affiliés, affirme que « les professionnelles et professionnels des cégeps demandent au gouvernement de corriger les injustices actuelles et d'accorder à tous les professionnels des cégeps la reconnaissance qu'ils méritent. Si un réseau collégial de qualité est une priorité pour le gouvernement, il doit inclure les conditions de travail du personnel professionnel dans ses réinvestissements. La FPPC-CSQ n'acceptera rien de moins ».

-/-/-/-/-/-/-

À lire aussi dans Travail / Jobs LAG