Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.

Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut détenir une licence/abonnement.

Nous publions depuis 28 ans (dont 21 ans comme quotidien web).

Nous offrons une édition (LCP-LAG) tous les matins de la semaine de septembre à juin

Nous ajoutons LCP InfoMidi quand l'activité parlementaire le mérite (quand le Salon bleu est en action)

Notre objectif depuis presque trois décennies est de tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, Regard législatif en temps de session.

Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine),

Nos abonnés reçoivent Alerte Décrets et peuvent consulter nos rubriques Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit,

Message DU gouvernement, Message AU gouvernement et plus encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter (editeur@courrierparlementaire.com)

Retour

Article du

Obsolescence programmée

Une consultation publique en cours

Paru le | Catégorie: Message DU gouvernement

(R.I.) La ministre de la Justice, Sonia LeBel, annonce que l'Office de la protection du consommateur entreprend une consultation publique au sujet de la durabilité, la réparabilité et l'obsolescence des biens de consommation. Cet exercice vise à recueillir les commentaires relativement aux mesures qui pourraient être contenues dans un futur projet de loi.

 

Les échanges porteront sur différentes propositions d'orientations de l'Office, à l'égard notamment de la durée minimale de fonctionnement de certains biens et de la disponibilité des pièces, des services et des outils nécessaires à la réparation des biens.

 

Citation :

« La Loi sur la protection du consommateur prévoit déjà certaines dispositions sur l'usage normal d'un bien. Les nouvelles orientations permettraient d'amener des protections supplémentaires qui bénéficieraient à tous les consommateurs. Exiger des biens durables et réparables, c'est justifié et légitime, et il m'apparaît clair que cet enjeu mérite l'attention de notre gouvernement, tant pour des raisons économiques qu'environnementales. »

Sonia LeBel, ministre de la Justice, ministre responsable des Institutions démocratiques, de la Réforme électorale et de l'Accès à l'information, ministre des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne

 

Faits saillants :

Cette consultation s'inscrit dans la suite du projet de loi n°197, préparé par des étudiants de l'Université de Sherbrooke au printemps dernier. La ministre de la Justice, Mme Sonia LeBel, avait alors demandé à l'Office d'analyser le projet de loi et de faire des propositions.

 

Parmi les propositions avancées, l'Office suggère d'obliger les fabricants à informer le consommateur de la durée de minimale de fonctionnement de certains biens, et ce, avant qu'il en fasse l'achat. Cette obligation viserait notamment les appareils domestiques au sens de la loi, par exemple les électroménagers et les appareils électroniques.

 

Le fabricant et le commerçant de tout bien seraient également tenus d'informer le consommateur, toujours avant qu'il fasse son achat, de la disponibilité des pièces de rechange et des services de réparation.

 

En cas de défaut du commerçant, la Loi sur la protection du consommateur pourrait donner ouverture aux recours qui y sont déjà prévus, par exemple l'annulation de la vente, un remboursement ou le paiement de dommages équivalents aux pertes subies par le consommateur.

 

Finalement, le fabricant qui userait de procédés pour limiter la durée de vie d'un bien pourrait faire l'objet de poursuites civiles ou pénales.

-30-